CONFÉRENCE DE PRESSE

PRÉSENTATION DU PORTAIL DE CONNAISSANCES CLINIQUES

Aujourd’hui, la coopération clinique est essentielle pour relever les défis complexes liés au vieillissement de la population, à la pollution et aux flux migratoires. Cependant, il est à ce jour très difficile, voire impossible, de réussir une coopération clinique entre acteurs utilisant différents outils, notamment les Dossiers Patients Informatisés. Sans outils efficaces permettant aux médecins de partager des informations cliniques provenant de différentes sources, le risque clinique augmente et les ressources économiques sont gaspillées.

PREMIÈRE ÉTAPE

LE PARTAGE DE DONNÉES CLINIQUES

Les médecins, y compris ceux qui travaillent dans la même structure, rencontrent aujourd’hui des difficultés très importantes pour partager des informations cliniques afin de soigner un patient. Ils utilisent généralement différents systèmes de DPI, configurés pour encoder et enregistrer des données via différentes approches (par exemple SNOMED ou LOINC), et différentes définitions des mêmes concepts cliniques. Dans certains cas, les systèmes sont interconnectés grâce à des mécanismes d’interopérabilité permettant de transférer des données d’un système à un autre. Même si ce fonctionnement s’avère efficace pour une utilisation générale, il est inadapté à une coopération clinique. Par exemple, exprimer la valeur de la température corporelle d’un patient ne suffit pas pour la partager. Dans un cadre clinique, la simple « valeur » de la température n’est pas une information précise : pour que la température ait un sens en termes cliniques, il faut savoir où elle a été mesurée, avec quel appareil, et ainsi de suite. Fournir un même DPI à tous les cliniciens et leur demander d’utiliser une approche unique à l’encodage peut sembler possible, mais ce n’est ni réaliste ni réalisable en pratique. Les médecins, à juste titre, ne souhaitent pas changer de DPI ni de technique d’encodage d’informations cliniques. Les coûts directs et de gestion du changement liés à ce type de projet seraient bien trop élevés.

DE LA COMMUNICATION MAIS AUSSI

DES LIGNES DIRECTRICES POUR AMÉLIORER LES SOINS DE SANTÉ

Le CKP permet le partage des recommandations et des bonnes pratiques cliniques, grâce à la définition de cas d’usage cliniques (CuC). Un cas d’usage clinique peut être caractérisé selon 7 axes différents : symptôme, maladie, comorbidité, stade de la maladie, professionnel de santé impliqué, contexte de son travail, temporalité. Un exemple de cas d’usage clinique peut correspondre à un patient qui se plaint de douleurs thoraciques, symptôme possible d’un infarctus aigu du myocarde. Ce patient est diabétique, et je suis un médecin urgentiste qui procède à une première évaluation de son état dans l’ambulance. Dans ce CuC, j’ai des exigences d’information précises, et je dispose d’outils et d’appareils spécifiques. Lorsque je ne me trouve plus dans l’ambulance mais au Service des Urgences, mes besoins d’information changent, ainsi que les outils et appareils à ma disposition : il s’agit donc d’un CuC différent. Il s’agit encore d’un autre CuC lorsque le médecin en présence a une spécialité différente, dans un environnement différent, nécessitant d’autres informations. Le CuC est encore distinct lorsque le patient est atteint de la même maladie, mais le médecin en présence est son médecin généraliste qui procède à une consultation de suivi de routine en consultation, sans symptômes particuliers notifiés par son patient.

CE QUE L’ON ENTEND PAR

«CAS D’USAGE CLINIQUE»

Le Portail de Connaissances Cliniques permet de relier le CuC à 3 groupes d’information : les concepts cliniques (ou archétypes) à recueillir lorsque le CuC se présente, l’ensemble de concepts cliniques à présenter au professionel de santé lors de la prise en charge, et l’ensemble des actions recommandées (prescriptions, traitements, soins etc.) éventuellement par des sources cliniques certifiées si de telles sources sont disponibles. D’un point de vue pratique, le recours aux CuC est très simple. Lorsqu’un médecin prend en charge un patient dans un CuC donné et a besoin d’aide pour retrouver les recommandations et bonnes pratiques, il peut chercher au sein du CKP via son outil DPI, où il trouvera de très nombreux CuC à différents niveaux d’avancement. Il aura ainsi la possibilité de choisir le cas le plus adapté au contexte clinique de son patient. Si le DPI utilisé appartient à la gamme Dedalus Dfour (l’outil étant ouvert à tout produit sur le marché), le médecin pourra en faire bien plus. Il sera possible de télécharger immédiatement le CuC, qui configurera le DPI D4 de manière dynamique en fonction des définitions précisées dans le CuC. Le DPI permettra ensuite au médecin de voir les informations utiles, de recueillir celles qui sont pertinentes et de prévoir des actions pour le patient qui soient cohérentes avec les bonnes pratiques et recommandations cliniques. La recherche de CuC est simple et efficace. Ces CuC sont élaborés, discutés et validés par des communautés cliniques, et les médecins peuvent toujours voir qui a fait quoi. Ils disposent ainsi de toutes les informations nécessaires pour choisir le CuC le plus adapté.

PARTAGER DES DONNÉES DE QUALITÉ

UN AVANTAGE POUR LA RECHERCHE

Le CKP a également une importance particulière pour la gestion des essais cliniques. Ceux-ci sont aujourd’hui très complexes. En raison des difficultés du DPI à recueillir des informations cliniques homogènes, les médecins participant à un essai clinique sont contraints de resaisir des données dans des logiciels spécifiques dédiés. Cette double saisie peut entraîner des erreurs. Grâce au CKP, les médecins qui souhaitent inscrire un patient à un essai clinique peuvent accéder au CKP pour le cas d’utilisation précis, et ensuite retrouver dans leur DPI habituel le schéma de données à recueillir et les actions requises. Lorsque c’est nécessaire, les données recueillies dans le DPI peuvent être transmises au logiciel des essais cliniques, avec transposition automatique de la codification. Cette fonction économise un temps considérable lors du recueil de données et améliore ainsi grandement leur qualité : c’est un gain précieux pour les activités de recherche. Le CKP n’est cependant pas un outil magique, mais bien le résultat d’une approche collaborative entre médecins travaillant sur un outil partagé, pour décrire et partager des connaissances à travers des « communautés cliniques ».

LA VALEUR DES «COMMUNAUTÉS CLINIQUES»

PRENDRE EN CHARGE LES PATIENTS DE MANIERE COLLABORATIVE

Les communautés de spécialités cliniques proposent, votent et valident les cas d’utilisation et les concepts et les archétypes, en les associant à différentes terminologies comme SNOMED-CT, LOINC, CDISC, ou d’autres. Un médecin peut rejoindre plusieurs communautés cliniques : celles de sa spécialité, sa communauté internationale, une communauté au sein de son hôpital d’exercice, une école de pensée, et ainsi de suite. Certaines communautés peuvent accueillir des membres sur invitation du fondateur, les résultats étant accessibles aux membres uniquement. D’autres communautés peuvent être ouvertes à tous et les résultats disponibles pour tous également. En dehors de ces deux modèles opposés, il est également possible de fonder des communautés sur un modèle mixte. Les grandes entreprises privées et publiques produisant des connaissances validées et/ou certifiées peuvent utiliser le CKP comme outil opérationnel pour alimenter les principaux DPI utilisés dans le monde.

OUTILS D’AIDE À LA DÉCISION

LA BASE DE CONNAISSANCE D’IMAGES

Le CKP est une large base de contenus multimédia qui peuvent être identifiés selon des critères de conformité clinique. Un tel système d’aide à la décision peut être aisément alimenté par tous les outils opérationnels utilisés par des professionnels dans le processus de diagnostic et de soins. Il est possible de créer des bases de documents, de textes et de vidéos au sujet de cas d’utilisation cliniques, pouvant être récupérés au moment-même où le médecin travaille dans le contexte en question. Dans la logique des communautés ouvertes et fermées, cette base de données peut être créée et rendue disponible soit uniquement dans la structure d’exercice du professionnel, donc en tant qu’outil interne, soit dans des communautés ouvertes, ce qui en accroît l’utilisation. Grâce au CKP, les principaux producteurs internationaux de bases de connaissances proposant des systèmes et des produits d’aide à la décision disposent désormais d’un outil intégré nativement aux produits d’application. Les contenus sont donc utilisables dans le cadre du travail du professionnel utilisateur.

AU-DELÀ DE L’INTELLIGENCE ÉCONOMIQUE

L’APPROCHE POPULATIONNELLE DE LA SANTÉ

Le recueil d’une très grande quantité d’informations cliniques avec des définitions identiques issues de différents DPI et SIH est un processus extrêmement long, complexe et coûteux. Grâce aux moteurs de normalisation basés sur le CKP, il devient très simple de recueillir des données hétérogènes et de les représenter avec de puissants outils, afin de créer des tableaux de bord typiques de l’approche populationnelle de la santé. Cela s’applique à la fois aux processus cliniques et de santé, et permet de construire des affichages d’information combinant plusieurs sources logiques.

LA COMMUNAUTÉ DES COMMUNAUTÉS

LA RÉVOLUTION CLINIQUE

Le CKP est également une source d’outils de coopération entre tous les membres des différentes communautés, avec un ensemble de fonctionnalités visant à soutenir un réseau de professionnels. Les sections Blog, Discussion et Forum, selon leurs modalités respectives, sont des outils d’interaction entre tous les membres du portail et entre membres des communautés spécifiques. Le CKP est aussi une source d’informations permettant de diffuser des connaissances dans des cadres tels que des conférences, des publications ou encore des évènements. Le CKP offre enfin des fonctionnalités de formation et d’assistance pour rendre les outils du CKP plus simples à utiliser.

7 OCTOBRE 2019

LA RÉVOLUTION CLINIQUE

Lundi 7 octobre 2019 à 10h, au « Teatro del Maggio Musicale Fiorentino » de Florence. Un évènement organisé par FPA avec la participation inconditionnelle de Dedalus.

CONTACTS

NOTRE EXPERT RÉPONDRA À VOS QUESTIONS

pour plus d’informations, merci d’ajouter vos informations personnelles ici